Ferronnerie   Serrurerie   Portails   Kits   Restauration   Histoire   Mobilier

Si vous souhaitez utiliser ce portail sur le travail et les métiers des métaux pour mettre en valeur votre activité ou votre site, merci de nous contacter au 06 23 56 97 13...


Les Armures

Harnais de chevalier du 15éme siècle

Définition
Une armure est un équipement corporel défensif militaire, utilisé durant les batailles pour protéger le corps dans sa plus grande partie des coups de l'ennemi.
Evolution
Suivant l'évolution des armes de poings (épées, poignards, dagues...), pointes de flèches et javelots coulées en bronze qui apportent un avantage stratégique lors des combats, les armures ont semblé un moment la réponse adaptée.
Grâce à l'art de la métallurgie, à la fin du Moyen âge, elles deviennent de plus en plus complexes et finissent par recouvrir tout le corps de plaques de métal.
Certaines armures "miroir" sont même parfaitement brillantes pour éblouir l'adversaire !
Bien que lourdes, elles jouent parfaitement leur rôle tant que les combats sont rapprochés et exécutés avec des armes maniées à la main, mais la généralisation des armes à feu, capables de transpercer ces cuirasses les rendent bientôt inefficaces.
Si bien qu'en Europe, la période de la Renaissance ne les réserve bientôt plus qu'à la parade et aux tournois, à part le plastron des cuirassiers et le casque.


Matériaux employés
Ils varient énormément au fil des siècles avec toujours le même souci constant : alléger et gêner le moins possible les mouvements.
On utilisait :
- certains tissus (lin, soie) sur plusieurs épaisseurs (infanterie lourde antique)
- le cuir souple,
- le cuir rigide : cuir bouilli dans l'huile, efficace contre les flèches,
- le cuir clouté (XIXe et début du XXe siècle),
- le bois : pour les boucliers,
- le bambou (au Japon, en Chine...)
- l'écaille : de bois ou de métal, très efficace contre les coups de taille, mais vulnérable aux coups d'estocs,
- la cotte de mailles : assemblage de petits anneaux d'acier, en veste, en camail (sur la tête uniquement), en chemise, cotte ou haubert,
- la plaque ou plate : plaque de métal très solide mais très lourde, plus ou moins décorée ou polie (plus facile à porter qu'une cotte de mailles, grâce à une très bonne distribution du poids).


Parties d'une armure
- casque : protection de la tête (heaume, salade, bourguignotte, cabasset, bassinet, hapel, cervelière, armet...)
- hausse-col : protection du cou,
- spalière : protection de l'épaule,
- cuirasse : coque métallique protégeant le torse et le dos,
- haubert : cotte de mailles,
- bouclier : protection amovible portée au bras (écu, rondache, ailette...)
- cubitière : protection du coude,
- gantelet : gant métallique
- cuissard : protection des cuisses,
- genouillère : protection du genou
- jambière : protection des jambes (en dessous du genou), constitué du soleret et de grèves,


Protection des chevaux
Un chevalier à terre n'a plus la même force de frappe, il était donc important de protéger aussi sa monture.
Les chevaux bénéficient également d'une armure, qui est l’équivalent équin du harnois plain " le caparaçon" et un heaume appelé "chanfrein".


Aujourdhui
Les armées actuelles savent se protéger des armes à feu en blindant les véhicules et en protégeant le haut du corps des combattants avec des gilets pare-balles, qui ne sont plus réalisés en métal, mais en Kevlar.
Seul le casque des fantassins à perduré.

Chaudronnerie   Ferblanterie   Styles   Entretien   Lexique   Bibliographie









Copyright © Sitecom.biz - Tous droits réservés.